Eric ROULET: « La culture s’adapte, change, vit ! »

Concert-de-soutien-a1Cette année, pour la 2ème édition de l’Escapade Gasconne à Pessac, « Gric de Prat », viendra vous offrir un voyage au cœur de la culture Gasconne. Entre humour et instruments authentiques, les musiciens vous feront découvrir des mélodies inattendues à écouter sans plus attendre. Rencontre avec Eric Roulet membre de ce groupe né, il y a déjà plus de 20 ans.

EGP 2016 : Bonjour Eric Roulet et merci d’avoir répondu positivement à l’appel des organisateurs de l’Escapade Gasconne à Pessac. Pouvez-vous, en quelques mots nous présenter votre groupe « Gric de Prat » qui a fêté son 20ème anniversaire en 2014 ? Et surtout, que signifie « Gric de Prat » ?

Eric Roulet : Gric de Prat ou « Grillon du Pré » est le nom de plume du docteur Romefort qui était cardiologue rue Fondaudège à Bordeaux. Dans les années 30, il écrivait en gascon des chroniques et des pièces en vers mettant en scène, avec humour et bienveillance, les Médocains. Gric de Prat est une famille de musiciens et conteur dont le choix est de promouvoir la culture gasconne et occitane à travers un art accessible à tous. Nos recherches et nos formations personnelles (Conservatoire de Région, Royal School of Music et école Dante Agostini) ont enrichi nos pratiques artistiques et nous ont permis d’aborder autant la musique occitane baroque que la musique populaire.

EGP 2016 : Pour notre manifestation, nous souhaitions mettre en avant et présenter au grand public les différentes facettes de l’identité Gasconne. La musique est bien évidemment l’une d’elles. Avec votre groupe, vous sillonnez la France avec vos instruments traditionnels. Pouvez-vous nous les présenter et nous expliquer leurs particularités ?

E.R. : Le plus gascon des instruments de musique que nous présentons est la cornemuse gasconne ou « BOHAUSAC » ; c’est une des plus anciennes de la famille des cornemuses.

Le fifre ou « PIFRE » est également caractéristique du Sud Gironde : ancêtre du piccolo, instrument des jeunes conscrits jusque dans les années 50/60, il y est resté très populaire dans les formations de fêtes appelées « RIPATAULÈRA » (1fifre+1 tambour+1 grosse caisse)

La grosse caisse appelée « LA CAISHA » et le tambour « LO TAMBOR » sont les percussions d’accompagnement du fifre : notre jeu peut être traditionnel mais nous ne nous empêchons pas de faire des figures rythmiques plus complexes.

Sur scène, nous utilisons la viole de gambe ou « VIÒLA DA GAMBA », instrument baroque de la famille des guitares mais qui, à la fin du XVIII siècle sera remplacé par le violoncelle.

Guitares classiques, basse électrique, batterie, flûtes traversières et piccolo, voix et « looper » sont également employés dans nos concerts.

EGP 2016 : Au jour d’aujourd’hui, on rencontre davantage des jeunes hommes ou des jeunes filles attirés, entre autres, par la musique électronique, le rock, etc. Comment se prend-t-on de passion pour ces instruments traditionnels ? Quel discours peut-on tenir pour inciter les plus jeunes à venir découvrir et jouer de la cornemuse Gasconne par exemple ?

E.R. : La tradition ne s’arrête pas pour nous à la pratique d’instruments anciens : l’apport de techniques amplifiées (la cornemuse sonorisée joue avec un « looper », une basse électrique…) rentrera aussi dans une tradition future. La culture ne se fige pas au XIX siècle dans une vision de musée : elle change, s’adapte, vit ! Il n’est pas nécessaire de se limiter à un répertoire de tradition : on peut pratiquer d’autres répertoires, d’autres styles et créer ! Nous ne jouons plus comme les musiciens routiniers du début du XXème. La cornemuse est un instrument que l’on adore ou que l’on déteste : sa rugosité et son archaïsme en font un instrument envoûtant et déraisonnable. Les joueurs de bohausac sont des passionnés.

EGP 2016 : Vous serez donc présents, avec votre groupe samedi 18 juin prochain pour la 2ème édition de l’Escapade Gasconne. Qu’est ce qui vous a poussé à accepter de venir présenter votre musique et qu’auront le plaisir de découvrir nos visiteurs en venant à votre rencontre au cours de cette belle fête ?

E.R. : Le projet de cette journée nous a séduits par son authenticité et le dynamisme du programme, la volonté de partage de notre culture qui reste maltraitée et méconnue sur son propre territoire.

Les visiteurs découvriront la formation musicale de rue traditionnelle du Sud Gironde, la ripataulèra citée précédemment, et la cornemuse gasconne. Un petit aperçu d’une culture riche de ses 1000 ans d’Histoire ! Adishatz e a lèu (au revoir et à bientôt).

EGP 2016 : Un grand merci Eric pour votre sympathie et votre disponibilité. On vous donne donc d’ores et déjà rendez-vous le samedi 18 juin prochain afin de partager, avec nos visiteurs, votre passion pour ces instruments authentiques, symboles de cette musique Gasconne qui nous est chère.

Plus d’informations ici.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s